HANDICHIENS

Déborah, Jérémy, Dolly et Flip : une famille au poil

Déborah et Jérémy sont tous deux bénéficiaires HANDI’CHIENS. Ils se sont rencontrés à l’occasion d’un stage en 2010 (Déborah y recevait Dolly), ont emménagé ensemble en 2012 et se sont mariés en 2017. Leur histoire d’amour, c’est aussi celle de leurs chiens.

« On n’est pas une famille comme les autres mais de toute façon on n’est pas comme les autres. Notre amour n’est pas comme les autres et nos bébés ne sont pas comme les autres. » Quand elle évoque le couple qu’elle forme avec Jérémy, Déborah a le mot juste. Leur amour est unique. Il est aussi intimement lié à notre association. Jérémy est bénéficiaire HANDI’CHIENS depuis 2005, Déborah l’est depuis 2010.

Ils ont chacun leur chien et chacun leur histoire. Histoire qui devient commune à partir de juin 2010 lorsqu’ils se rencontrent à l’occasion d’un stage HANDI’CHIENS organisé à Ploufargan. Jérémy y intervient pour conter son histoire avec Ulène, sa chienne de l’époque. Déborah, elle, se voit remettre Dolly. Elle remarque bien Jérémy, mais elle ne pense alors qu’à « sa petite princesse ». Le coup de foudre attendra a peu près un an. En juillet 2011, HANDI’CHIENS organise un barbecue en Bretagne. Déborah et Jérémy sont là. Cette fois, ils ont le temps de discuter, de se connaître. Ils sont timides, mais la maman de Jérémy est une femme perspicace. Elle comprend tout de suite qu’il se trame quelque chose entre son fils et Déborah. Le coup de pouce du destin, c’est elle : elle invite Déborah à venir passer une semaine dans la maison familiale à Lorguat, dans les Côtes d’Armor.

Ulène,Jérémy, Déborah & Dolly

Oh, Jérémy et Déborah se sont mariés depuis. Ils ont partagé plusieurs vacances, des souvenirs incroyables et des moments difficiles aussi. Mais ils vous diront la même chose : ces quelques jours passés tous les deux en août 2011 sont le meilleur souvenir de toute leur relation. Ils y apprennent à se connaître et se rendent compte qu’ils peuvent, ensemble, être eux-mêmes. « On a vu qu’on avait énormément de points communs, se rappelle Déborah. C’est vraiment ça qui nous a lié tous les deux, on parlait énormément. Et d’ailleurs on le fait toujours. Je crois que c’est le point fort de notre couple : la communication et la complicité. » Cette semaine-là, un sujet revient plus que les autres : leurs chiennes. « Ça a vraiment été le lien qui nous a uni, poursuit Déborah. On s’est aimé à travers nos chiennes. »

Deux mois plus tard, Déborah est de retour en Bretagne. Ulène, la chienne de Jérémy, et Dolly, celle de Déborah, reçoivent une médaille de la SPA. « Ulène m’avait sauvé la vie lors de crises d’épilepsie et Dolly avait sauvé ‘Debbie’ quand elle avait fait un malaise dans sa baignoire, chez elle à Bordeaux », raconte Jérémy. Les deux héroïnes sont récompensées, et les deux tourtereaux ont eux l’opportunité de se retrouver. Dès lors, une obsession : Déborah va quitter Bordeaux pour revenir le plus vite possible en Bretagne. « On devait tout faire pour cela », se souvient Jérémy.

“Déborah et Dolly, une relation fusionnelle”

Le vœu est exaucé en décembre. Ils cohabitent brièvement avec la maman de Jérémy puis, en janvier 2012, emménagent enfin dans leur propre maison. La famille est réunie : Déborah, Jérémy, Ulène et Dolly. Pas forcément évident pour cette dernière. « Etant donné que, par le passé, Dolly a dû me protéger contre un homme qui m’a fait du mal, elle a toujours été un peu protectrice vis-à-vis des hommes qui entraient dans ma vie, explique Déborah. Avec Jérémy, ça a été un peu compliqué au début à cause de ça. Elle ne savait pas s’il fallait me protéger. » Pendant longtemps, Dolly a été la seule famille de Déborah. Et leur relation est fusionnelle. Jérémy l’a heureusement compris dès leur rencontre. « J’ai trouvé ça beau qu’il comprenne ça, je peux partager cela avec lui sans culpabilité ni honte », se réjouit Déborah.

Déborah & Dolly

Tout va pour le mieux, jusqu’en novembre 2012. Ulène décède. Tumeur au poitrail. A l’époque, Jérémy donne des cours d’informatique dans un collège. Sa chienne a pour habitude de l’accompagner mais, les derniers jours, elle reste à la maison. Déborah s’en occupe. Un matin d’automne, elle se rend compte qu’Ulène ne va pas bien du tout. « J’étais toute seule, j’étais un peu en panique car je me suis dit ‘il va y avoir quelque chose’. J’ai appelé HANDI’CHIENS, et quand ils m’ont demandé ce que je voulais faire, je leur ai tout de suite répondu que ce n’était pas à moi de prendre cette décision. » Jérémy rentre du travail. Sa décision est aussi évidente que douloureuse. Ulène s’éteint à l’âge de 9 ans. Un moment difficile pour Jérémy, pour Déborah, mais aussi pour Dolly.

Dolly, chienne d’assistance d’Ulène

Dolly n’est pas une chienne qui aime forcément le contact avec les autres chiens. Ce n’est pas dans sa nature. Mais durant les derniers jours d’Ulène, elle adopte un comportement inédit. « Elle était collée à Ulène, explique Déborah. Elle allait dormir dans son panier. Quand Ulène avait des difficultés à prendre un objet, elle le lui apportait. Elle se couchait à côté d’elle… » Initiative 100% canine, 0% humaine : Dolly devient chienne d’assistance d’Ulène. Alors quand Ulène décède, c’est presque aussi dur pour Jérémy que pour Dolly. « Elle était perdue, se souvient Déborah. Elle la cherchait. Elle a eu une période de stress, cela a été confirmé par les vétérinaires et par HANDI’CHIENS. » Dolly finit par surmonter cette épreuve au bout de quelques semaines à renfort de diffuseurs et collier anti-stress.

Flip & Jérémy

La vie de Dolly, Déborah et Jérémy continue. Celle de Flip vient de commencer. Le 1er avril 2013, ce jeune labrador noir débarque dans la petite famille aux côtés de Jérémy. Les premières semaines, son arrivée perturbe un petit peu la chienne de Déborah. « Quand j’appelais Flip, Dolly m’aboyait dessus », se souvient-elle. Mais entre les deux chiens, c’est tout de suite la grande amitié. « Ça a été top dès le départ, assure Jérémy. Avant de recevoir Flip, on a fait des essais avec le centre HANDI’CHIENS de Bretagne et à chaque fois ils essayaient de voir la complicité qu’il y avait avec Dolly.

Déborah m’a dit ‘c’est ton chien, c’est à toi que revient ce choix’, mais il fallait quand même tenir compte de Dolly qui est une chienne plutôt posée, calme. Il ne fallait pas un chien trop nerveux. On a toujours fait confiance aux éducateurs HANDI’CHIENS et ils nous ont choisi un super chien. »

Ciel bleu sur le couple et les chiens, mais la perte d’Ulène a marqué Déborah. Entre elle et Jérémy, le mariage n’a jamais été un sujet tabou et ils ont toujours été en harmonie là-dessus. Mais Déborah tient vraiment à ce que Dolly soit de la fête. La demande a lieu en 2016 et le mariage le 15 juillet 2017. « J’ai souhaité que l’on se marie en 2017 plutôt qu’en 2018 comme c’était prévu à l’origine, détaille Déborah. Car voilà, on ne sait jamais de quoi demain sera fait et c’était très, très important pour moi que ma princesse soit là pour le mariage. » Quand le grand jour arrive, Dolly a 10 ans et elle est toujours en pleine forme. Elle accompagne Déborah de l’essayage de la robe à la coiffure, et c’est même elle qui apporte les alliances à la mairie.

Dolly, demoiselle d'honneur

Jérémy et Déborah sont officiellement mari et femme. Dolly et Flip sont comme leurs enfants. C’est toujours une façon de parler mais là, c’est encore un peu plus vrai. « On ne peut pas avoir d’enfant. Raisons médicales liées à notre handicap, donc c’est quelque chose d’assez douloureux surtout pour moi, souffle Déborah. J’aurais aimé avoir un petit bout de chou mais ce n’est pas possible. Du coup, c’est vrai que les chiens sont devenus nos bébés à nous. » Attention, Déborah le dit en rigolant : « je ne suis pas folle ! » Elle sait bien sûr que Dolly est une chienne, qu’elle a un comportement canin et l’éducation d’un chien. Mais pour elle, « Dolly a l’amour d’un enfant ». D’ailleurs, quand quelqu’un demande à Dolly « où est maman ? », c’est tout de suite vers Déborah qu’elle se précipite.

Aujourd’hui, « les quatre inséparables », comme ils aiment se surnommer, mènent une vie tranquille en Bretagne. Dolly s’est malheureusement gravement blessée à la patte à cause d’une mauvaise chute en janvier 2019. Rupture des ligaments croisés. Les jeux sont un peu plus calmes dans le jardin entre Dolly et Flip mais les deux chiens aiment toujours se coucher l’un à côté de l’autre au soleil sous les yeux de Déborah et Jérémy. La scène est reposante rien qu’à l’imaginer. 

Flip, Jérémy, Déborah & Dolly

Partager

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Pour être vous aussi à l’origine d’une belle histoire HANDI’CHIENS, soutenez l’association

accumsan Curabitur tristique consectetur ut leo. mattis tempus Nullam risus. odio nunc

Demande de dossier

Calendrier

HANDI'CHIENS 2020 pour un noël canin & solidaire

€15

Je me lance !