fbpx

Bien comprendre le chien et sa façon de voir le monde.

Stéphanie Gachet est éducatrice au sein de notre centre HANDI’CHIENS de Bretagne. Ancienne sergente de l’armée de terre où elle travaillait déjà au contact de chiens, elle a également connu une expérience en refuge mais rien de comparable, dans la façon d’appréhender l’animal, avec ce qu’elle applique au sein de notre association depuis 2007.

©Frédéric Coignot

HANDI’CHIENS : Stéphanie, vous travaillez dans l’un de nos quatre centres de formation HANDI’CHIENS en tant qu’éducatrice. Quel a été votre parcours ?

Stéphanie GACHET : Je suis devenue éducatrice de chiens d’assistance en 2007. Auparavant, je travaillais déjà avec des chiens, que ce soit dans l’armée de terre ou en refuge. Mais c’est réellement avec HANDI’CHIENS que j’ai commencé l’éducation canine à proprement parler. Je n’en avais jamais fait avant cela.

H. C. : Avez-vous suivi une formation à votre arrivée ?

S. G. : J’ai été formée sur le terrain avec mes responsables et mes collègues. Au fil du temps, on a suivi plusieurs formations axées précisément sur l’éducation canine, et plus particulièrement sur l’éducation positive que nous appliquons dans les centres HANDI’CHIENS. J’ai obtenu ma V. A. E. (Validation des Acquis de l’Expérience) en 2010 ou 2011.

H. C. : Connaissiez-vous HANDI’CHIENS avant 2007 ?

S. G. : Oui, je connaissais l’Anecah (Association Nationale pour l’Education de Chiens d’Assistance pour Handicapés, l’ancien nom de HANDI’CHIENS, ndlr) car quand j’étais jeune, je souhaitais déjà me diriger vers un travail dans le milieu canin. Donc je connaissais l’Anecah par des articles, je m’y intéressais déjà. Puis j’ai exercé d’autres métiers, j’ai un peu perdu de vue l’Anecah. Et c’est à la faveur d’un déménagement, lorsque je suis arrivée en Bretagne et que j’ai souhaité chercher du travail, que l’on m’a parlé du centre HANDI’CHIENS près de chez moi. Je me suis dit « je ne connais pas », et quand on m’a répondu que HANDI’CHIENS était en fait anciennement l’Anecah, j’étais ravie. J’ai postulé et voilà, ça a fonctionné.

« C’est très agréable de travailler comme cela »

H. C. : Avez-vous été surprise par certains aspects de votre mission quand vous avez débuté chez HANDI’CHIENS ?

S. G. : De par les expériences professionnelles que j’ai connues avant HANDI’CHIENS, j’avais toujours été habituée à « m’imposer » d’une certaine manière, à obtenir par n’importe quel moyen ce qu’on voulait du chien. HANDI’CHIENS m’a appris à voir les choses autrement. A comprendre le chien déjà, ce pour quoi je n’avais jamais été formée auparavant. Je savais comment me comporter face à un chien, mais c’est avec HANDI’CHIENS que j’ai appris à bien comprendre le chien, mieux le connaître, mieux saisir ses besoins, ses attentes et sa façon de voir le monde. Cela afin d’obtenir sans contrainte ce que veut l’humain, et que le chien fasse tout avec plaisir. C’était vraiment une découverte pour moi et c’est très agréable de travailler comme cela.

 

© Frédéric Coignot

H. C. : Vous pensiez déjà connaître l’essentiel de ce qu’il est possible de savoir sur les chiens, quand vous êtes arrivée chez HANDI’CHIENS ?

S. G. : Alors, oui, j’avais un petit peu cette idée-là (rires). Je m’étais dit « ça va être facile », j’étais confiante avec mon expérience au sein de l’armée de terre et même au sein de refuges sur un travail de capture d’animaux errants. Je m’étais dit « bon, alors HANDI’CHIENS, ce sont des labradors et des goldens éduqués depuis un an et demi, donc ça devrait être très facile »… Mais en fait, je ne dirais même pas que c’est plus facile ou plus difficile. C’est simplement complètement différent. Et c’est nettement plus intéressant et gratifiant pour moi d’établir ce type de relation avec l’animal.

H. C. : Que recommanderiez-vous à quelqu’un envisageant de devenir éducateur comme vous ?

S. G. : Je dirais qu’il est très important de s’éduquer et se renseigner avant, via des articles ou des vidéos, sur l’éducation canine. Il faut s’intéresser aux méthodes positives bien sûr, ces nouvelles méthodes d’éducation qui arrivent et prennent de plus en plus d’ampleur. C’est bien aussi d’avoir des bases dans le monde canin, et pourquoi pas passer des diplômes dans le domaine de l’éducation canine. Cela afin d’avoir un maximum de bases sur tout ce qui concerne la santé, l’hygiène et le comportement du chien. Faire des petits stages dans l’un de nos quatre centres aussi… Y travailler un peu et observer tout le monde avant de se lancer et, pourquoi pas, postuler.

Demande de dossier

Note d’information : le chien d’éveil n’est pas un chien d’accompagnement social. Le chien d’accompagnement social est remis dans des établissements à des professionnels de santé.

Calendrier

HANDI'CHIENS 2020 pour un noël canin & solidaire

€15

Je me lance !